Je trouve mon Immobilier !
Image default
Home » Loi Boutin : le diagnostic de la surface habitable pour la location
Avocat et droit immobilier

Loi Boutin : le diagnostic de la surface habitable pour la location

Lorsqu’il s’agit de louer un logement, il est indispensable de fournir certaines informations au locataire, notamment en ce qui concerne la surface habitable du bien. Depuis 2009, la loi Boutin impose aux propriétaires de réaliser un diagnostic précis de cette surface. Dans cet article détaillé, nous allons vous expliquer en quoi consiste cette obligation légale et comment procéder pour réaliser ce diagnostic en respectant les bonnes pratiques du secteur.

Qu’est-ce que la loi Boutin et pourquoi est-elle importante ?

La loi Boutin, du nom de la ministre du Logement de l’époque, a été promulguée en 2009. Elle vise à protéger les locataires en leur fournissant une information claire et précise sur la surface habitable du logement qu’ils envisagent de louer. Cette loi est importante car elle permet d’éviter les litiges liés à la taille du bien et d’informer justement le locataire sur l’espace dont il disposera.

La surface habitable selon la loi Boutin

La surface habitable est définie comme étant la surface de plancher construite, après déduction des surfaces occupées par les murs, cloisons, marches et cages d’escaliers, gaines, embrasures de portes et de fenêtres. Ne sont pas pris en compte les combles non aménagés, les caves, les sous-sols, les remises, les ateliers, les terrasses, les vérandas, les volumes vitrés, les loggias, les balcons et les locaux communs.

Il est crucial de bien comprendre cette définition pour réaliser un diagnostic précis et conforme à la loi. Le calcul de la surface habitable doit donc être effectué avec soin, en tenant compte de tous ces éléments.

La réalisation du diagnostic de surface habitable

Pour établir le diagnostic de surface habitable, plusieurs étapes sont à suivre. Il est essentiel de respecter ces étapes pour garantir la validité du diagnostic et ne pas encourir de sanctions.

Les étapes du diagnostic

  1. Mesurez la surface de plancher construite du logement, en tenant compte de l’espace occupé par les murs, cloisons, marches et cages d’escaliers, gaines et embrasures de portes et de fenêtres.
  2. Déduisez ensuite de cette surface les espaces non pris en compte dans la surface habitable, tels que les combles non aménagés, les caves, les sous-sols, les remises, les ateliers, les terrasses, les vérandas, les volumes vitrés, les loggias, les balcons et les locaux communs.
  3. Rédigez un rapport détaillé précisant les surfaces mesurées et les déductions effectuées, ainsi que la méthode utilisée. Conservez ce rapport en tant que preuve de la véracité de votre diagnostic.
A lire :   Comment porter plainte contre un notaire ?

Les erreurs à éviter lors du diagnostic

Il est important de ne pas négliger certaines erreurs courantes lors de la réalisation du diagnostic de surface habitable. Par exemple, il ne faut pas confondre surface habitable et surface privative, ni oublier de déduire les éléments non pris en compte dans la surface habitable.

De plus, il est nécessaire de veiller à ce que les mesures soient exactes et effectuées par un professionnel compétent. Une erreur dans le calcul de la surface habitable peut entraîner des litiges entre le propriétaire et le locataire, voire des sanctions.

diagnostic surface

Les sanctions encourues en cas d’infraction à la loi Boutin

En cas de non-respect de la loi Boutin, les propriétaires s’exposent à des sanctions. Il est donc primordial de bien comprendre les conséquences possibles en cas d’infraction.

Les conséquences pour les propriétaires

Les propriétaires qui ne fournissent pas de diagnostic de surface habitable conforme à la loi Boutin s’exposent à une amende pouvant atteindre 1500 €. De plus, en cas de litige avec le locataire, le juge peut décider de diminuer le montant du loyer, voire de prononcer la nullité du bail.

Les recours pour les locataires

Les locataires qui constatent une erreur dans le diagnostic de surface habitable peuvent demander une réduction de loyer ou un remboursement des loyers trop perçus. Ils peuvent également saisir le tribunal pour demander la nullité du bail si la surface habitable réelle est inférieure de plus de 5% à celle indiquée dans le diagnostic.

Conclusion : l’importance d’un diagnostic de surface habitable conforme à la loi Boutin

En définitive, la loi Boutin est un dispositif essentiel pour protéger les locataires et assurer une information précise sur la surface habitable des logements en location. La réalisation d’un diagnostic conforme à la loi est non seulement une obligation légale pour les propriétaires, mais également un gage de sérieux et de professionnalisme. En respectant les bonnes pratiques en matière de diagnostic de surface habitable, vous éviterez les litiges et garantirez une relation sereine et équilibrée entre propriétaires et locataires.

Articles connexes

Peut-on faire une sous-location sans contrat ?

Albin Latreille

Comment faire un bail de sous-location ?

Albin Latreille

Qualités que doit posséder un avocat d’appel en matière pénale

Albin Latreille

Laissez un commentaire