Catégories
Parking d'investissement

Place de parking ou petite entreprise ?

J’ai lu cette histoire sur le Huffington Post à propos de Charles Mysak et de son entreprise de vente de livres sur le trottoir. La vidéo intégrée à l’article provient d’un étudiant cinéaste qui remplissait un devoir documentaire pour la classe, donc vous devez garder cela à l’esprit lorsque vous la regardez. (Aussi un avis pour un langage salé ici et là !)

La première partie de la vidéo et de l’histoire de Charles est ce qui m’intéresse le plus. (L’histoire de sa carrière d’avocat et de ce qui l’a amené à ce point de sa vie est intéressante, mais pas pour ce sujet en particulier.)

Voici quelques faits sur le côté commercial de son histoire.

Charles paie le parcmètre 36 euros en pièces de 25 cents chaque matin pour que sa voiture reste garée dans une rue animée de New York. Il admet dans la vidéo qu’après un trajet en voiture depuis son domicile du New Jersey, il lui faut environ 4 heures pour s’installer. S’il arrive vers 6 h 15 (comme il le dit dans la vidéo), cela signifie qu’il n’est pas ouvert avant 10 h 30 environ. Nous pouvons supposer qu’il reste ouvert jusqu’à au moins 18 heures, voire plus. Puis encore 4 heures pour remballer les livres et les magazines dans sa voiture et rentrer à la maison.

Il doit lutter contre les oiseaux dans les arbres au-dessus de son stand, les chiens dans la rue qui font leur affaire parfois à la destruction des livres qu’il doit vendre pour rester en activité. Il doit survivre non seulement au froid de l’hiver, mais aussi à la pluie du printemps et à la chaleur de l’été. Il doit lutter contre les contraventions de stationnement, les planteurs de fleurs mécontents et tout un tas d’autres obstacles divers.

Et il fait cela depuis 11 ans maintenant.

11 ans.

place de parking

Ma première question après avoir lu ceci était de savoir pourquoi ? Quel profit peut-il réellement réaliser avec ce type de modèle économique ?

Du côté positif, ses coûts sont probablement super bas. Appelons les 36 euros « loyer ». Cela fait 1 080 euros par mois (environ) sans les taxes, les assurances et les services publics. Dans le centre de NYC. Je suppose qu’il se procure ses livres auprès des bibliothèques ou des grossistes. Le deuxième poste de dépenses le plus important est l’essence pour aller et revenir de son «magasin». Mais à moins que je ne manque quelque chose. C’est tout.

Alors, est-il une petite entreprise ? Ou, comme le suggèrent certains commentaires, est-ce un vagabond qui a trouvé un moyen de ne pas payer d’impôts ?

Vous auriez une opinion différente de lui s’il se tenait à côté d’un chariot de nourriture vendant des hot-dogs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *