Je trouve mon Immobilier !
Image default
Home » Fonds de commerce ou droit au bail : quoi vendre ?
Investissement immobilier

Fonds de commerce ou droit au bail : quoi vendre ?

Lorsqu’un entrepreneur souhaite céder son entreprise, il est souvent confronté à un dilemme : vendre le fonds de commerce ou seulement le droit au bail. Cette décision peut avoir des conséquences financières et juridiques importantes pour le cédant, le cessionnaire et le bailleur. Dans cet article, nous allons vous expliquer les différences entre ces deux types de cession et vous aider à choisir la meilleure option pour votre situation.

La cession du fonds de commerce : une vente globale

La cession du fonds de commerce consiste à vendre l’ensemble des éléments qui permettent l’exploitation d’une activité commerciale. Elle englobe donc les éléments corporels (matériel, marchandises, etc.) et les éléments incorporels (clientèle, enseigne, droit au bail, etc.). Toutefois, il est important de noter qu’un fonds de commerce peut être cédé sans que le droit au bail soit inclus dans la vente. Dans ce cas, le cédant devra obtenir l’autorisation préalable du bailleur.

Les avantages de la cession du fonds de commerce

La cession du fonds de commerce présente plusieurs avantages pour le cédant et l’acquéreur. Tout d’abord, elle permet une transmission globale de l’entreprise, ce qui facilite la continuité de l’activité. En outre, le prix de cession du fonds de commerce est généralement plus élevé que celui du seul droit au bail, car il inclut la valeur des éléments incorporels et corporels de l’entreprise.

Les obligations liées à la cession du fonds de commerce

La cession du fonds de commerce implique certaines obligations pour les parties. Le cédant doit notamment informer le bailleur de son intention de céder le fonds de commerce, obtenir son accord si nécessaire et respecter les clauses du contrat de bail. Le cessionnaire, quant à lui, doit respecter le bail commercial en vigueur et s’acquitter du prix de cession convenu. Enfin, les deux parties doivent signer un acte de cession devant un avocat ou un notaire et respecter les formalités administratives liées à la vente.

fond de commerce

La cession du droit au bail : une vente partielle

La cession du droit au bail, également appelée cession du bail commercial, consiste à vendre uniquement le droit d’occuper les locaux commerciaux. Dans ce cas, le locataire cède son droit au bail à un tiers, qui pourra exploiter une activité commerciale différente dans les mêmes locaux. La vente du droit au bail n’inclut donc pas les éléments corporels et incorporels du fonds de commerce.

A lire :   5 conseils que les investisseurs immobiliers doivent connaître pour trouver de bonnes affaires

Les avantages de la cession du droit au bail

La cession du droit au bail peut s’avérer intéressante pour le cédant et l’acquéreur dans certaines situations. Par exemple, si le cédant souhaite se reconvertir professionnellement ou cesser son activité sans vendre son entreprise, la cession du droit au bail lui permet de se séparer uniquement du local commercial et de ses obligations locatives. Pour l’acquéreur, la cession du droit au bail peut être un moyen d’accéder à des locaux commerciaux bien situés ou de bénéficier d’un loyer avantageux.

Les obligations liées à la cession du droit au bail

Comme pour la cession du fonds de commerce, la cession du droit au bail nécessite d’informer le bailleur et d’obtenir son accord si le contrat de bail le prévoit. Le cessionnaire doit respecter les clauses du bail commercial en vigueur, notamment en matière de destination des locaux et de durée du bail. En outre, il doit s’acquitter du prix de cession convenu et respecter les formalités administratives liées à la vente.

Comment choisir entre la cession du fonds de commerce et la cession du droit au bail  ?

Le choix entre la cession du fonds de commerce et la cession du droit au bail dépend essentiellement de la situation de l’entreprise et des objectifs du cédant. Si l’entreprise est rentable et dispose d’un fonds de commerce valorisable, la cession du fonds de commerce peut être privilégiée. En revanche, si le cédant souhaite se reconvertir ou cesser son activité sans vendre son entreprise, la cession du droit au bail peut être une option plus adaptée.

Dans tous les cas, il est recommandé de consulter un avocat ou un expert-comptable pour étudier les conséquences financières et juridiques de chaque option et faire un choix éclairé.

La cession du fonds de commerce et la cession du droit au bail sont deux options distinctes pour céder une entreprise ou un local commercial. Chacune présente des avantages et des inconvénients, et le choix dépendra de la situation de l’entreprise et des objectifs du cédant. Pour prendre la meilleure décision, il est essentiel de bien comprendre les différences entre ces deux types de cession et de consulter des professionnels du droit et de la comptabilité. Ainsi, vous pourrez vendre votre entreprise ou votre local commercial dans les meilleures conditions et optimiser la valeur de votre transaction.

Articles connexes

Les 3 marchés de la vraie richesse attirent les grandes entreprises et pourquoi c’est important

Kassandra Poissaut

Combien rapporte un appartement en location ?

Albin Latreille

SCPI : une exploration des risques et du rendement de cet investissement

Laissez un commentaire