Je trouve mon Immobilier !
Image default
Home » Bail commercial : quand peut-il être résilié légalement ?
Conseil en immobilier

Bail commercial : quand peut-il être résilié légalement ?

Dans le monde des affaires, le bail commercial est un élément clé pour assurer la stabilité et la pérennité d’une entreprise.

Résiliation à l’initiative du preneur

La résiliation d’un bail commercial peut être initiée par le locataire, également appelé le preneur. Plusieurs raisons peuvent motiver cette décision, et il est important de respecter les procédures légales pour éviter tout litige.

Fin de la période triennale

Dans un bail commercial, une période de trois ans, appelée période triennale, est prévue. À la fin de chaque période triennale, le preneur peut résilier le bail en respectant un préavis de six mois. Cette démarche doit être effectuée par acte d’huissier ou par lettre recommandée avec accusé de réception.

Clause résolutoire

Le contrat de bail peut prévoir une clause résolutoire permettant au preneur de résilier le bail en cas de non-respect des obligations du bailleur. Cette clause doit être activée en respectant les conditions spécifiées dans le contrat.

Accord amiable

Les parties peuvent convenir de mettre fin au bail par accord amiable. Il est important de formaliser cet accord par écrit, afin de prévenir tout litige ultérieur.

bail commercial

Résiliation à l’initiative du bailleur

Le propriétaire du local, appelé le bailleur, peut également décider de résilier le bail commercial. Les raisons de cette résiliation peuvent être diverses, mais les conditions légales doivent être respectées.

Fin de la période triennale

Comme pour le preneur, le bailleur peut résilier le bail à la fin de chaque période triennale, en respectant un préavis de six mois. Cette résiliation doit être motivée par un motif grave et légitime, tel que le non-paiement des loyers ou la violation des clauses du contrat par le preneur.

Clause résolutoire

Si le contrat de bail prévoit une clause résolutoire, le bailleur peut l’activer pour résilier le bail en cas de non-respect des obligations du preneur. Comme pour le preneur, cette démarche doit être effectuée en respectant les conditions spécifiées dans le contrat.

Accord amiable

La résiliation par accord amiable est également possible à l’initiative du bailleur. De même, il est essentiel de formaliser cet accord par écrit.

Résiliation pour motif légitime

Dans certains cas, la loi prévoit des motifs légitimes de résiliation du bail commercial. Ces motifs concernent aussi bien le preneur que le bailleur.

A lire :   6 choses dans votre nouvelle maison qui vous rendront bientôt fou

Motif d’ordre public

La résiliation du bail peut être justifiée par un motif d’ordre public. Par exemple, si le local commercial est déclaré insalubre ou dangereux, le bail peut être résilié par décision administrative.

Expropriation pour cause d’utilité publique

Lorsque le local commercial fait l’objet d’une procédure d’expropriation pour cause d’utilité publique, le bail peut être résilié. Dans ce cas, le preneur est en droit de recevoir une indemnité compensant la perte de son fonds de commerce.

La résiliation d’un bail commercial est une décision importante pour les parties concernées. Que ce soit à l’initiative du preneur, du bailleur ou en raison d’un motif légitime, il est crucial de respecter les conditions légales pour éviter tout litige. Il convient de se référer au contrat de bail, aux périodes triennales et aux clauses résolutoires pour déterminer les cas de résiliation possibles. Un accord amiable peut également être envisagé, à condition de le formaliser par écrit. Enfin, la résiliation pour motif légitime doit être justifiée par une situation d’ordre public ou une expropriation pour cause d’utilité publique.

Articles connexes

Comment baisser le prix d’une maison

Albin Latreille

Modèle de lettre résiliation d’assurance habitation suite à un vente

Albin Latreille

Que faire quand on a perdu un acte de propriété d’une maison

Albin Latreille

Laissez un commentaire