Je trouve mon Immobilier !
Image default
Home » Qui paie la taxe foncière : locataire ou propriétaire ?
Défiscalisation immobilière

Qui paie la taxe foncière : locataire ou propriétaire ?

Dans cet article, nous allons aborder une question qui suscite souvent des interrogations, à savoir qui doit payer la taxe foncière : le locataire ou le propriétaire ? Cette question revêt une importance particulière pour les professionnels du secteur immobilier et pour les particuliers qui possèdent ou louent un bien immobilier. L’objectif est de vous fournir une information clair et précis pour vous permettre de mieux comprendre cette problématique.

La taxe foncière : définition et éléments clés

La taxe foncière est un impôt local perçu par les collectivités territoriales (communes, départements) afin de financer leurs dépenses publiques. Il est essentiel de bien comprendre les éléments clés de cet impôt pour déterminer qui doit s’en acquitter.

Base d’imposition et calcul de la taxe

La taxe foncière est calculée en fonction de la valeur locative cadastrale du bien immobilier, qui est elle-même déterminée par les services fiscaux. Cette valeur locative représente le loyer que le bien pourrait générer s’il était loué dans des conditions normales de marché. La taxe foncière est ensuite calculée en appliquant à cette valeur locative des taux fixés par les collectivités territoriales.

Exonérations et dégrèvements possibles

Dans certains cas, des exonérations ou dégrèvements de taxe foncière peuvent être accordés, notamment pour les propriétaires de biens immobiliers présentant un certain niveau d’insalubrité, pour les personnes âgées ou handicapées sous conditions de ressources, ou encore pour les logements faisant l’objet de rénovations énergétiques. Il est donc important de se renseigner sur ces dispositifs pour savoir s’ils peuvent s’appliquer à votre situation.

Le paiement de la taxe foncière : la responsabilité du propriétaire

En principe, c’est le propriétaire du bien immobilier qui doit payer la taxe foncière. Cette règle s’applique que le bien soit occupé par son propriétaire, loué à un locataire ou inoccupé. En effet, la taxe foncière est due par la personne qui détient le bien au 1er janvier de l’année d’imposition. Ainsi, si vous êtes propriétaire d’un logement au 1er janvier 2023, vous devez vous acquitter de la taxe foncière pour l’année 2023.

A lire :   Comment calculer le revenu fiscal de référence

Paiement et échéances

La taxe foncière doit être payée chaque année. Les échéances de paiement varient selon les modalités choisies (paiement en ligne, prélèvement automatique, etc.). En général, la date limite de paiement se situe en octobre ou novembre. Il est important de respecter ces échéances, sous peine de devoir payer des pénalités ou majorations.

Répercussion sur le locataire : cas particuliers

Dans certaines situations, le propriétaire peut répercuter la taxe foncière sur le locataire. Cela concerne notamment les locations à usage professionnel, commercial ou industriel, où la taxe foncière peut être considérée comme une charge locative récupérable. Dans ce cas, le montant de la taxe foncière doit être mentionné dans le bail et le locataire doit en être informé.

Il convient de noter que pour les locations à usage d’habitation, la taxe foncière ne peut pas être répercutée sur le locataire, sauf si le bail prévoit expressément une clause en ce sens et que cette clause est valide au regard de la législation en vigueur.

paiement taxe

Les recours possibles en cas de désaccord

Si vous estimez que le montant de votre taxe foncière est erroné ou que vous ne devriez pas être redevable de cet impôt, vous pouvez engager des démarches pour contester la décision de l’administration fiscale.

Réclamation auprès du centre des finances publiques

Vous disposez d’un délai de réclamation de deux mois à compter de la réception de votre avis d’imposition pour contester le montant de la taxe foncière. Vous pouvez adresser votre réclamation au centre des finances publiques dont dépend votre bien immobilier. Il est important de bien motiver votre demande et de fournir tous les éléments nécessaires à l’appui de votre réclamation.

Saisine du tribunal administratif

Si la réponse de l’administration fiscale ne vous satisfait pas, vous pouvez saisir le tribunal administratif compétent. Pour cela, vous disposez d’un délai de deux mois à compter de la notification de la décision de l’administration. Le recours devant le tribunal administratif doit être formé par écrit et doit contenir des arguments précis et détaillés.

Conclusion : une charge qui incombe principalement au propriétaire

Pour finir, la taxe foncière est, dans la majorité des cas, à la charge du propriétaire du bien immobilier. Toutefois, dans certains cas particuliers, notamment pour les locations à usage professionnel, commercial ou industriel, elle peut être répercutée sur le locataire. Il est donc important de bien connaître les règles applicables en la matière et de se tenir informé des exonérations et dégrèvements possibles afin de gérer au mieux cette charge fiscale. En cas de désaccord sur le montant de la taxe foncière, n’hésitez pas à engager les démarches nécessaires pour faire valoir vos droits.

A lire :   Quelle surface est prise en compte pour la taxe d'habitation ?

Articles connexes

Comment déclarer une résidence secondaire aux impôts

Louise Cousinau

Comment calculer le revenu fiscal de référence

Louise Cousinau

Où se trouve le numéro d’identification fiscale pour les impôts locaux

Kassandra Poissaut

Laissez un commentaire