Je trouve mon Immobilier !
Image default
Home » 5 raisons de vendre votre maison au début de l’année
Achat de son habitation

5 raisons de vendre votre maison au début de l’année

Cela fait presque une décennie que la Grande Récession a livré le pire krach immobilier de mémoire moderne. Mais ces jours-ci, les retombées semblent carrément dans le rétroviseur. Les marchés ont rebondi avec ferveur, et la confiance monte en flèche, les maisons s’envolent du marché à des prix records, et les acheteurs s’empressent toujours d’entrer dans la partie.

La situation est claire.

Une chose est claire : c’est une excellente période pour être un vendeur. (Prêt à vendre ? Voici comment trouver un agent immobilier dans votre région.).

« Nous avons assisté à deux ou trois années de ce que l’on pourrait considérer comme des niveaux insoutenables d’appréciation des prix, ainsi qu’à une pénurie d’inventaire qui a entraîné un nombre record de maisons à vendre dans tout le pays », explique le directeur de la recherche économique.

En d’autres termes : Les acheteurs d’aujourd’hui sont épuisés. Et dans de nombreux cas, cela signifie qu’ils sont prêts à faire des sacrifices pour avoir une prise sur le marché.

Les acheteurs d’aujourd’hui sont épuisés.

Ça ressemble à l’étoffe des rêves des vendeurs, non ? Mais sachez ceci : Si vous prévoyez de vendre en 2018 – et que vous voulez vous décharger de votre maison rapidement et pour un maximum d’argent – votre fenêtre d’opportunité peut se rétrécir rapidement. Voici pourquoi vous devriez vous bouger dès que possible.

1. Les taux sont encore historiquement bas, attirant les acheteurs sur le marché

Nous ne profitons peut-être pas des taux d’intérêt au plus bas d’antan, mais selon les normes historiques, les taux crédits à 30 ans d’aujourd’hui – qui dépassent de peu les 4 % – sont encore bas. Et les experts s’accordent à dire que le crédit restera relativement bon marché pendant la majeure partie de l’année.

Cela signifie que l’obtention est encore bonne pour les acheteurs – et, par la suite, pour les vendeurs qui cherchent à se décharger de leur maison.

Mais les taux sont en hausse, et il a été largement prédit qu’ils atteindront 5 % avant la fin de l’année. Les acheteurs savent que plus ils attendent pour acheter, plus ce sera cher.

Traduit grossièrement, cela signifie que vous seriez sage de mettre votre maison en vente plus tôt dans l’année, avant que d’autres hausses de taux n’interviennent. Non seulement vous capterez le marché des acheteurs qui se pressent pour conclure une affaire, mais si vous achetez après avoir vendu, vous bénéficierez également de ces taux plus bas.

2. L’inventaire reste serré-et la demande élevée

En termes simples, il y a plus d’acheteurs que de maisons disponibles – en particulier sur les marchés chauds où les terrains sont rares et où il n’est pas bon marché de construire.

Et la pénurie de logements va probablement s’aggraver avant de s’améliorer : Les données prévoient que l’inventaire restera serré dans la première partie de cette année, atteignant une baisse de 4 % d’une année sur l’autre d’ici mars.

Vendeurs, cela signifie que c’est l’occasion de vous faire courtiser. Les acheteurs, dont les choix sont limités, se donnent beaucoup de mal (et font des concessions importantes) pour remporter la maison, explique un agent immobilier.

La situation est telle qu’il n’y a plus de place pour les acheteurs.

« Nous sommes dans un marché de vendeurs très favorable ». « Nous assistons à des guerres d’enchères – qui font grimper les prix – et les acheteurs soumettent des offres avec des conditions très favorables aux vendeurs, comme le fait de renoncer à la demande de réparation ou de renoncer à l’éventualité d’une évaluation. »

Et les investisseurs en espèces sont aussi de la partie, représentant 22 % de toutes les transactions de vente de maisons en novembre 2017 (contre 20 % en octobre), selon l’Association nationale des agents immobiliers.

Les acheteurs en espèces sont aussi de la partie.

Ces acheteurs en espèces s’arrachent les maisons dans un marché déjà serré et tiennent à distance certains primo-accédants (désolé, les acheteurs !). Mais si vous vendez, vous avez de meilleures chances d’obtenir une offre entièrement en espèces – une offre que vous pourriez être fou de refuser.

Bien sûr, il y a un piège : les niveaux d’inventaire devraient commencer à augmenter au quatrième trimestre, marquant le premier gain d’inventaire depuis 2015 et préparant le terrain pour des gains de logement plus spectaculaires à venir. Donc, si vous envisagez de vendre, commencez à vous préparer maintenant afin de repartir avec un joli chèque de paie.

vendre maison

3. Les prix des maisons continuent d’augmenter

D’un océan à l’autre, les prix des maisons continuent d’augmenter – ce qui se traduit par plus d’argent dans votre poche lorsque vous vendez.

Mais les gains sont prévus pour être plus modérés que les années passées. Les données suggèrent une augmentation de 3,2 % d’une année sur l’autre, après avoir terminé 2017 avec une augmentation de 5,5 % d’une année sur l’autre.

La ligne de fond : Vous avez encore la possibilité de faire un joli bénéfice si vous vendez cette année, mais plus tôt vous pouvez inscrire, mieux vous vous porterez.

4. Les gens ont plus d’argent dans leur poche

Les niveaux records de confiance des consommateurs, le faible taux de chômage et les poussées des marchés boursiers préparent le terrain pour une forte participation des acheteurs de maisons en 2018. Pour la première fois depuis les années 1960, la Fed a prévu que le taux de chômage tombera en dessous de 4 %, et le marché boursier national bénéficie d’un rallye presque sans précédent.

Le marché du logement reflète déjà cet essor : Les ventes de maisons existantes ont grimpé de 5,6 % en novembre 2017 (le mois le plus récent pour lequel des données sont disponibles) et ont atteint leur rythme le plus élevé depuis près de 11 ans, selon la NAR.

« Les revenus augmentent et les gens trouvent des emplois meilleurs et plus stables ». Les acheteurs « se sentent plutôt bien par rapport à (leurs) finances. »

Et grâce à la législation fiscale du GOP, qui double presque la déduction standard, nous verrons moins de personnes détailler leurs dépenses, dit l’économiste en chef.

« L’effet sur le revenu de cette situation est que la plupart des gens bénéficient d’une réduction d’impôt – ce qui devrait aider la demande (des acheteurs) ».

Tous ces facteurs combinés signifient que plus d’acheteurs pourraient être à la chasse, avec plus d’argent dans leurs poches pour dépenser sur une maison à vendre – peut-être la vôtre !

5. Les milléniaux sont prêts à s’engager

Les milléniaux, souvent paralysés par la dette étudiante, ont été particulièrement gênés par la hausse des taux d’intérêt et les prix élevés de l’immobilier.

Mais les conditions susmentionnées sont mûres en 2018 pour que ces primo-accédants fassent le grand saut et les experts prévoient que les milléniaux constitueront une partie essentielle du bassin d’acheteurs au cours de l’année à venir : Les milléniaux pourraient représenter 43 % des acheteurs de maison qui contractent un prêt immobilier en 2018 (soit une augmentation de 3 % d’une année sur l’autre), selon les données.

« Lorsque les gens entrent dans la trentaine, ils cherchent à passer de la location à l’accession à la propriété ». « Et nous prévoyons que cette tendance se poursuivra encore plus cette année. »

Un plus grand nombre d’acheteurs de maisons inondant le marché ne peut que signifier de bonnes choses pour les vendeurs – à tous les niveaux de prix.

Articles connexes

9 Mythes sur l’achat d’une maison : il faut immédiatement cesser d’y croire

3 raisons pour lesquelles les jeunes acheteurs aiment les prêts

Kassandra Poissaut

Comment faire pour acheter une maison aux enchères

Louise Cousinau

Laissez un commentaire