Je trouve mon Immobilier !
Image default
Home » 6 erreurs que des étudiants de l’université font pour trouver leur premier appartement
Location d'habitation

6 erreurs que des étudiants de l’université font pour trouver leur premier appartement

L’université est une période d’apprentissage… et d’erreurs. Et probablement l’une des courbes d’apprentissage les plus abruptes – à part « Ne vivez pas sur les cartes de crédit » et « Pas de sommeil, Red Bull et les partiels ne font pas bon ménage » – a à voir avec la recherche de votre premier appartement.

Bien sûr, passer des dortoirs à son propre logement est excitant. Un premier appartement est un rite de passage, après tout. Cependant, beaucoup trop d’aspirants locataires sont tellement impatients d’accrocher leur propre appartement et de déballer ces meubles Ikea, qu’ils prennent des décisions qu’ils finissent par regretter bien avant la fin d’une année scolaire (et que l’argent se fasse rare).

C’est pourquoi, dans ce dernier épisode de notre Guide de l’étudiant collégien pour vivre seul, nous mettons en lumière certaines des plus grandes erreurs que les étudiants collégiens (et les diplômés) font lorsqu’ils louent leur premier appartement. Assurez-vous d’étudier ce qu’il ne faut pas faire afin de trouver un endroit que vous adorez – avec un loyer que vous pouvez vous permettre – pour le long terme. Ces conseils pourraient vous éviter de l’eau chaude, alors commencez à lire avant de signer ce bail.

1. Dépasser le budget

Oui, tout se résume à peu près à l’argent. Mais comment savoir ce que vous pouvez vous permettre ?

Une bonne règle de base est que votre loyer mensuel doit être égal à un tiers de votre salaire net. Ainsi, si vous gagnez (ou avez accès à) 3 000 euros par mois après impôts, votre loyer ne devrait pas dépasser 1 000 euros – du moins en théorie. Si un appartement n’entre pas dans cette fourchette budgétaire, vous devrez peut-être vous contenter d’un logement moins élégant et d’un loyer moins élevé. Et n’oubliez pas que vous devez encore payer la nourriture, les services publics, les meubles, les prêts étudiants, le transport et une foule d’autres frais de subsistance.

Faites-nous confiance. Vous serez soulagé quand pas tout de votre budget déjà serré n’est pas mangé par le loyer. C’est une dure leçon que beaucoup de locataires apprennent à la dure avec un premier appartement, mais vous pouvez vous épargner cette misère financière avec un peu de planification. Voici plus d’informations sur le montant du loyer qu’un étudiant universitaire peut se permettre.

2. Louer un appartement sans le voir en personne

De nombreux diplômés de l’université font leur recherche d’appartement sur Internet – un excellent moyen de voir ce qui est disponible depuis le confort de votre canapé. Cependant, cela ne montre pas toujours toute l’image.

« Le plus souvent, les agences d’appartements ou les propriétaires publient des photos d’une pièce d’exposition », explique une experte en immobilier. « Cependant, il n’est pas garanti que toutes les pièces soient exactement les mêmes. »

Ces pièces d’exposition sont souvent équipées de meubles tendance et les photos de l’annonce sont généralement prises avec des objectifs grand angle pour créer l’illusion d’espace. Pour éviter toute surprise, demander au propriétaire ou à l’agence de visiter l’appartement que vous loueriez, ou du moins un appartement similaire. Demandez quand a eu lieu la dernière mise à jour de l’appartement et s’il est prévu de le mettre à jour à l’avenir.

Soyez très prudent lorsque vous louez un logement que vous n’avez pas vu en premier. Cela peut sembler être un conseil évident, mais de nombreux propriétaires n’ont aucun scrupule à demander à un locataire potentiel de signer le bail d’un appartement, à vue. Ne soyez pas ce locataire. Voyez-le avant de le louer.

premier appartement

3. Choisir uniquement en fonction de l’apparence

Bien sûr, vous voulez une piaule qui corresponde à votre style, mais lorsqu’il s’agit de votre premier appartement, il faut aussi tenir compte de la substance.

Il n’y a pas que l’apparence qui compte.

Une diplômée d’université dit qu’elle avait de grands projets sur ce à quoi elle voulait que son premier appartement ressemble – charmant et pittoresque, avec de grandes fenêtres à l’ancienne. Malheureusement, elle n’a pas réussi à penser à beaucoup plus que cela et a signé le bail quand même.

« C’est ainsi que je me suis retrouvée coincée avec des tuyaux qui fuient, pas de climatisation centrale pour les étés brûlants et un sérieux problème de parasites ». « Je me suis retrouvée coincée au téléphone avec le propriétaire chaque semaine, le suppliant d’envoyer quelqu’un pour régler tous les problèmes inhérents aux vieilles propriétés. Le « charme » s’est vite épuisé. »

4. Payer pour des commodités dont vous n’avez pas besoin

Certainement, vous salivez devant cette terrasse sur le toit ou cette salle de sport dans l’immeuble. Mais gardez à l’esprit que même si vous ne les utilisez pas, vous payez probablement pour eux. Et cela peut signifier un important gaspillage d’argent. Et à quel point voulez-vous ou avez-vous besoin d’un immeuble avec portier ? Sachez que cela vous coûtera.

Un exemple concret : Selon un rapport sur le marché locatif de juillet 2018, l’appartement moyen d’une chambre à coucher à Manhattan dans un immeuble de luxe avec un portier était de 4 856 euros par mois. En comparaison, un logement d’une chambre à coucher dans un walk-up partait pour 2 825 euros – une différence de plus de 40 %.

« Si vous pouvez vivre sans piscine privée, sans salle de sport et autres cloches et sifflets, les économies peuvent être considérables, même dans de nombreux quartiers très demandés », déclare le président.

Et conseil de pro : c’est votre premier appartement. Les immeubles avec portier et les commodités de luxe sont quelque chose à attendre avec impatience !

5. Faire cavalier seul plutôt que d’avoir un colocataire

Même si vous en avez assez d’avoir un colocataire après ces jours de dortoir exigu, vous devrez peut-être en trouver un pour vous aider à partager les dépenses, surtout si vous vivez dans une ville chère et/ou si vous avez un budget serré. N’oubliez pas qu’il n’y a pas que le loyer que vous partagez, mais aussi les services publics, le coût de l’ameublement de votre logement et d’autres dépenses.

La colocation n’est pas seulement un moyen d’économiser de l’argent.

En plus des avantages financiers de la colocation, le fait d’avoir un colocataire peut apporter un sentiment supplémentaire de sécurité et de tranquillité d’esprit. Faites en sorte que quelqu’un (digne de confiance !) signe ce bail avec vous, et vous aurez plus de marge de manœuvre dans votre compte bancaire.

La colocation n’est pas seulement un moyen de se sentir en sécurité.

6. Choisir le mauvais colocataire (comme un ami)

Si vous avez besoin d’un colocataire, assurez-vous de le choisir judicieusement. Bien que l’emménagement chez un ami semble être un scénario sûr, ce n’est pas toujours la meilleure solution.

Il est important d’avoir une bonne relation avec les autres.

« Il est beaucoup plus difficile de fixer des limites avec vos amis qu’avec un colocataire ». « Allez-vous être à l’aise pour demander leur chèque de loyer en retard, ou établir des règles de base sur la façon dont vous allez partager les tâches ménagères ? Il peut être plus facile d’établir des règles avec une personne que vous ne connaissez pas bien qu’avec l’un de vos amis les plus proches. Après tout, la dernière chose que vous voulez faire est de vous brouiller avec un ami à cause d’une facture d’électricité en retard. »

Articles connexes

Excuses totalement fausses que les propriétaires invoquent pour déposer des plaintes

Kassandra Poissaut

6 erreurs stupides commises par les locataires lorsqu’ils emménagent dans un nouvel appartement

Kassandra Poissaut

5 raisons stupides pour lesquelles les gens ne peuvent pas louer une maison

Kassandra Poissaut

Laissez un commentaire