Je trouve mon Immobilier !
Image default
Home » 7 façons d’investir indirectement dans l’immobilier sans détenir de titre
Investissement immobilier

7 façons d’investir indirectement dans l’immobilier sans détenir de titre

En tant qu’investisseur immobilier et entrepreneur immobilier, je crois beaucoup à la propriété immobilière directe. Mais ce n’est pas pour tout le monde.

Il est difficile d’acheter un immeuble de placement si vous avez moins de 1 000 euros à investir, par exemple. Même si vous êtes approuvé pour un prêt immobilier à faible mise de fonds, vous devez toujours rassembler des milliers d’euros pour cette mise de fonds, plus les frais de clôture et les réserves de liquidités.

L’immobilier est également un domaine où il est difficile d’investir.

L’immobilier est également notoirement illiquide. Le vendre coûte beaucoup de temps et d’argent, ce qui laisse beaucoup d’investisseurs potentiels mal à l’aise.

La vente d’un bien immobilier est un processus complexe.

Et puis il y a la courbe d’apprentissage. Il faut du temps pour acquérir les compétences nécessaires pour retourner une maison ou devenir propriétaire afin de s’assurer de réaliser un bénéfice plutôt que de perdre sa chemise.

C’est une question de temps.

Mais pour autant, l’immobilier offre une classe d’actifs alternative avec le meilleur des deux mondes : les rendements élevés des actions combinés à la faible volatilité des obligations. Une étude conjointe de l’université de Californie, de l’université de Bonn et de la banque centrale allemande a montré que l’immobilier offrait de meilleurs rendements que les actions et une volatilité extrêmement faible au cours des 145 dernières années.

Alors, comment les investisseurs peuvent-ils diversifier leurs portefeuilles pour inclure l’immobilier sans acheter directement des propriétés ? Voici sept façons d’investir dans l’immobilier sans les maux de tête que sont les acomptes, le financement, les réparations ou le fait de devoir jamais détenir le titre de propriété soi-même.

L’immobilier, c’est aussi la vie.

1. ETFs et Fonds communs de placement

Une façon d’investir indirectement dans l’immobilier est d’investir dans des actions et des fonds dans des industries liées à l’immobilier.

Par exemple, vous pouvez investir dans des FNB et des fonds communs de placement, par l’intermédiaire de TD Ameritrade, qui détiennent des actions de construction de maisons, des actions d’immobilier commercial ou des chaînes d’hôtels ayant de larges participations dans l’immobilier. Vous pouvez même investir dans des FNB et des fonds communs de placement qui détiennent une gamme de FPI (nous y reviendrons dans un instant). Pour des exemples de fonds qui investissent dans des actions et des fonds liés à l’immobilier).

Pros

Premièrement, les FNB et les fonds communs de placement immobiliers offrent la même liquidité immédiate que tout autre FNB, fonds commun de placement ou action. Vous pouvez acheter et vendre instantanément au prix d’une commission de 4,95 euros. C’est loin de dépenser 7 % pour un courtier immobilier afin d’inscrire et de commercialiser votre propriété et d’attendre quatre mois pour le règlement.

En outre, il permet aux investisseurs de diversifier leur portefeuille d’actions pour réduire les risques depuis le confort de leur compte de courtage. Vous n’avez pas besoin de quitter votre maison pour avoir un accès immédiat à un secteur complètement distinct de l’économie.

Ces fonds vous permettent également de vous diversifier dans le secteur de l’immobilier. Avec l’achat d’un seul fonds, vous pouvez obtenir une exposition aux propriétés de l’ensemble ou de plusieurs pays internationaux. Comparez cela à la propriété directe, qui implique d’engloutir des milliers d’euros dans une seule propriété dans une seule ville.

Les fonds immobiliers vous permettent également de vous diversifier dans le secteur de l’immobilier.

Cons

Comme tout ETF ou fonds commun de placement, les fonds liés à l’immobilier facturent des frais de ratio de dépenses pour gérer et exploiter le fonds. Et si le fonds est géré activement, il y a toujours le risque d’incompétence de la part du gestionnaire du fonds.

Les investisseurs ne peuvent pas non plus se permettre d’avoir des frais de gestion.

Les investisseurs ne bénéficient pas non plus des avantages fiscaux accordés aux investisseurs immobiliers directs.

Pour qui ils sont

Si vous ne connaissez pas grand-chose à l’immobilier et que vous souhaitez simplement diversifier votre portefeuille d’actions, les FNB et les fonds communs de placement liés à l’immobilier constituent un excellent point de départ.

Les FNB et les fonds communs de placement liés à l’immobilier constituent un excellent point de départ.

2. REITs et mREITs

Un REIT, ou fonds de placement immobilier, est un fonds qui investit de l’argent dans des projets immobiliers. Il permet aux investisseurs de contribuer autant ou aussi peu qu’ils le souhaitent à un portefeuille plus important de biens immobiliers.

Les fonds de placement immobiliers sont des fonds de placement qui investissent de l’argent dans des projets immobiliers.

De même, un fonds de type mortgage REIT (mREIT) investit de l’argent dans des prêts sur des projets immobiliers mais ne possède pas directement de propriétés. Les deux types de FPI sont négociés sur les marchés boursiers, tout comme les ETF et les actions.

Il s’agit de fonds de placement immobilier.

Pros

Comme les ETF et les fonds communs de placement, les REIT et les mREIT sont un moyen facile, rapide et bon marché de se diversifier dans l’immobilier. Ils ne vous appelleront pas non plus à 3 heures du matin pour se plaindre qu’une ampoule a sauté ou qu’ils ont bouché leurs toilettes, ce que les locataires sont connus pour faire.

Historiquement, les FPI ont également offert des rendements étonnamment élevés, rivalisant avec les actions à grande capitalisation et les dépassant souvent. Au cours des 40 années allant de 1979 à la fin, le rendement total moyen des FPI a été de 11,77 %.

Ces fonds ont tendance à offrir des rendements en dividendes particulièrement élevés, souvent plusieurs fois supérieurs à ceux versés par les fonds indiciels boursiers. Par exemple, en 2018, la FPI moyenne a rapporté 4,45 % en dividendes, contre 1,88 % pour le S&P 500. Il n’est pas rare de trouver des FPI payant 8 % ou plus en rendement annuel. Cela s’explique par le fait que, selon la loi, les FPI sont tenues de verser au moins 90 % de leur revenu net aux investisseurs sous forme de dividendes.

Cons

Cette règle des 90 % sert cependant d’arme à double tranchant ; elle limite le montant des revenus que les FPI peuvent consacrer à la croissance et à l’expansion de leurs portefeuilles immobiliers. Cela signifie que pour se développer, les FPI doivent s’endetter.

La règle des 90 % est une arme à double tranchant.

Avec une si grande partie des rendements offerts par les FPI provenant des dividendes, cela laisse les investisseurs ouverts à des impôts plus élevés. Au lieu de payer des impôts sur les gains en capital après avoir détenu un fonds pendant un an ou deux, puis l’avoir vendu, les investisseurs doivent payer leur taux d’imposition ordinaire sur les dividendes ordinaires (mais pas sur les dividendes qualifiés ; lisez plus sur la façon dont les dividendes sont imposés ici).

Pour qui ils sont

Comme les ETF et les fonds communs de placement, les REIT et les mREIT conviennent parfaitement aux investisseurs en actions ordinaires qui cherchent à diversifier leurs portefeuilles et à s’exposer à l’immobilier sans les tracas de la propriété directe. Si vous n’avez pas de compte d’investissement, vous pouvez en ouvrir un via Ally Invest. Ils offrent actuellement un bonus en espèces pouvant aller jusqu’à 3 500 euros.

3. Billets privés

Un billet est le document juridique signé pour enregistrer une dette. À des fins pratiques, une note privée est un prêt privé que vous accordez à une autre personne ou à une entreprise.

Je connais un couple dans l’Ohio qui a pris sa retraite avant d’avoir 30 ans et qui vit maintenant des revenus de ses propriétés locatives. Je leur ai prêté de l’argent à un taux d’intérêt annuel de 12 % pour une note à court terme et à intérêt unique. Voici comment cela a fonctionné : Je leur ai prêté 10 000 euros et nous avons signé un billet. Le terme était de neuf mois, à la fin desquels ils me rendaient mes 10 000 euros de capital, plus 900 euros d’intérêts. Les intérêts s’accumulaient à raison de 1 % par mois (12 % par an).

Dans ce cas, le billet était « non garanti », ce qui signifie qu’il n’y avait pas de privilège sur un bien particulier comme garantie. Mais les billets privés peuvent également être garantis, avec un privilège inscrit dans les registres publics contre une propriété servant de garantie.

Pros

Les billets privés peuvent générer d’excellents rendements et sont aussi fiables que la personne ou l’entreprise que vous financez.

Ils peuvent également être garantis par un bien immobilier, ce qui vous permet de saisir le bien en cas de défaut de paiement.

Les billets privés peuvent générer d’excellents rendements et sont fiables pour la personne ou l’entreprise que vous financez.

Cons

Comme ces prêts sont privés, ils ne sont pratiquement pas réglementés, sans aucune protection de la part de la SEC. En cas de défaut de paiement, les investisseurs ont peu d’options.

L’une d’entre elles consiste à saisir le prêt.

L’une d’entre elles consiste à saisir les biens, dans le cas des billets garantis. Mais la forclusion est un processus coûteux et long qui nécessite un travail juridique important de la part des avocats. Et les investisseurs n’ont aucune garantie que quelqu’un fera une offre suffisante lors de la vente aux enchères de forclusion pour couvrir leur prêt et les frais juridiques.

Dans le cas d’un billet garanti, la saisie est un processus coûteux et long.

Si le billet n’est pas garanti, les investisseurs ont encore moins de recours. Ils peuvent poursuivre l’emprunteur pour rupture de contrat, mais pour leur peine, ils se retrouveront avec un jugement difficilement exécutable.

Il n’y a pas d’autre solution.

À qui ils s’adressent

Les billets privés sont une excellente option pour les personnes qui connaissent des investisseurs immobiliers prospères. Ils sont en grande partie un exercice de confiance personnelle, alors ne prêtez qu’à des personnes que vous connaissez bien, en qui vous avez une confiance inhérente avec votre argent, et qui ont d’excellents antécédents de réussite dans l’investissement immobilier.

investir immobilier

4. Crowdfunding

Une option relativement récente pour investir dans l’immobilier est le recours aux sites de crowdfunding. L’idée est simple : Le public finance des projets d’investissement immobilier. Une seule opération immobilière de 500 000 euros peut avoir 60 financeurs différents, répartis dans tout le pays, dont aucun n’a jamais vu le bien.

Comme les REITs et les mREITs, certains sites de crowdfunding investissent eux-mêmes directement dans l’immobilier, tandis que d’autres prêtent de l’argent aux investisseurs immobiliers. Généralement, lorsqu’un service de crowdfunding investit directement dans l’immobilier, il dispose simplement d’un grand fonds commun dans lequel le public peut investir de l’argent. D’autres prêteurs crowdfunding permettent aux investisseurs de parcourir les transactions immobilières individuelles et de financer les transactions spécifiques qui leur plaisent.

Il y a cependant un hic : La plupart des sites de crowdfunding n’acceptent que les fonds des investisseurs accrédités. Si vous avez une valeur nette inférieure à 1 million d’euros ou gagnez moins de 200 000 euros, vous ne pouvez pas participer.

Pour autant, il existe une poignée de sites de crowdfunding immobilier qui permettent à tout le monde de participer. Pour un site de fonds commun, consultez Fundrise ; pour choisir des transactions individuelles, essayez Groundfloor.

Pros

Comme les autres options de cette liste, les sites de crowdfunding immobilier permettent aux investisseurs de répartir leur argent sur de nombreuses propriétés et régions.

Si les sites de crowdfunding imposent des investissements minimums, certains sont très bas. Groundfloor, par exemple, a un investissement minimum de seulement 10 euros. Cela signifie qu’un investisseur pourrait théoriquement investir dans 100 propriétés pour un total de 1 000 euros, répartissant ainsi largement son risque.

Les fonds de crowdfunding sont des fonds de placement qui permettent à des investisseurs d’investir dans des biens immobiliers.

Ces fonds ont également tendance à offrir des rendements élevés pour attirer les investisseurs. Fundrise a versé aux investisseurs entre 8,7 % et 12,4 % de rendement annuel depuis sa création. Groundfloor délivre des rendements allant de 5 % à 25 %, en fonction de la qualité du bien immobilier et de la solvabilité de l’emprunteur.

Parce que les sites de crowdfunding ne sont pas soumis à l’obligation de la SEC de reverser 90 % des bénéfices sous forme de dividendes, ils peuvent investir plus d’argent vers la croissance et les nouveaux biens immobiliers.

Cons

Les sites de crowdfunding peuvent facturer aux investisseurs des frais de gestion élevés, comparables ou supérieurs à ceux des FPI, des ETF et d’autres fonds cotés en bourse. Par exemple, Fundrise facture 1% par an.

Au delà des frais, ces investissements ne sont pas aussi liquides que les fonds cotés en bourse. Fundrise s’attend à ce que les investisseurs laissent leur argent en place pendant cinq ans en moyenne, et si les investisseurs peuvent encaisser avant, c’est un processus fastidieux. Les investisseurs doivent déposer une demande, s’asseoir à travers une période d’attente obligatoire de 60 jours, et même alors, les demandes de rachat sont « soumises à certaines limitations ».

Tous les sites de crowdfunding n’exigent pas des engagements aussi longs, cependant. La durée d’investissement typique de Groundfloor, par exemple, est de six à douze mois. Mais cela fait tout de même un investissement pas si liquide que cela.

À qui s’adressent-ils

Les sites de crowdfunding sont une excellente alternative aux FPI pour les investisseurs qui veulent plus de détails sur leurs investissements immobiliers. Assurez-vous de faire vos devoirs, cependant, et demandez des détails sur les frais et les taux de défaut à un site de crowdfunding avant d’investir de l’argent.

5. Syndications immobilières

La syndication immobilière est similaire au crowdfunding, mais pas identique. Dans une syndication, un promoteur ou un opérateur trouve une grande opération immobilière qu’il veut acheter et se tourne vers des investisseurs extérieurs pour réunir le reste du capital.

Ces investisseurs, également appelés commanditaires ou membres, mettent de l’argent, et en échange, ils obtiennent une propriété fractionnée de la propriété. Par exemple, un sponsor trouve une bonne affaire sur une propriété d’un million d’euros, met 100 000 euros de son propre argent, puis collecte les 900 000 euros restants auprès de vous et de plusieurs autres investisseurs. Vous mettez 50 000 euros, et vous obtenez une participation de 5 % dans la propriété.

À la différence des sites de crowdfunding, où les investisseurs mettent des fonds pour une série de propriétés sans être réellement propriétaires de biens immobiliers ou prêtent simplement de l’argent sur des transactions, les syndications offrent aux investisseurs une transaction immobilière spécifique à évaluer et à acheter. Elles donnent aux investisseurs une propriété partielle d’une entité juridique, qui à son tour a la propriété d’un bien immobilier.

Pros

La personne moyenne n’a pas beaucoup d’opportunités d’acheter des propriétés de plusieurs millions d’euros. Mais dans le cadre d’une syndication, les investisseurs peuvent acheter des complexes d’appartements, des immeubles commerciaux, voire des hôtels – du moins dans le cadre d’un partenariat d’investissement conjoint.

Les avantages de la syndication sont nombreux.

Contrairement aux autres options de cette liste, les investisseurs dans les syndications peuvent profiter de tous les avantages fiscaux dont bénéficient les propriétaires immobiliers directs, car ils sont effectivement propriétaires, bien que partiellement, par le biais d’une entité juridique. Les investisseurs voient des avantages tels que l’amortissement, les déductions d’intérêts, et même les échanges 1031 pour reporter les impôts sur les gains en capital.

Les investisseurs connaissent également la propriété exacte dans laquelle ils investissent et le promoteur de l’opération et peuvent vérifier les deux avec soin.

Comme d’autres options de cette liste, la syndication permet la diversification. Les investisseurs peuvent répartir leur argent entre plusieurs grands actifs sans avoir à parier la ferme sur une seule propriété.

Cons

Premièrement, la plupart des opérations de syndication immobilière ne sont accessibles qu’aux investisseurs accrédités.

Deuxièmement, votre argent est bloqué dans cette seule affaire. Il est possible de vendre votre participation, mais ce n’est pas facile.

Deuxièmement, votre argent est bloqué dans cette transaction.

Ne perdez pas de vue non plus que le promoteur facture des frais pour son rôle actif dans la recherche de l’affaire et la gestion de la propriété. Assurez-vous de bien comprendre ces frais et qu’ils ne vous privent pas de la majeure partie de vos bénéfices.

Enfin, c’est à vous d’effectuer la diligence raisonnable pour l’opération. Vous êtes responsable de l’examen minutieux des chiffres et du promoteur avant d’investir, et pour des transactions aussi importantes et complexes, il se peut fort bien que cela dépasse votre champ de compréhension.

Pour qui elles sont

Les syndications immobilières conviennent mieux aux investisseurs expérimentés et sophistiqués qui répondent aux exigences du statut d’investisseur accrédité. Idéalement, vous devriez connaître le promoteur et être familier avec ses antécédents sur des projets immobiliers similaires à grande échelle.

6. Fonds de capital-investissement & fonds d’opportunité

Comme la syndication immobilière, les fonds de capital-investissement permettent aux investisseurs de mettre en commun des fonds pour investir dans de grands projets tels que des immeubles d’habitation ou de grandes propriétés commerciales.

Mais dans un fonds de capital-investissement, les investisseurs ne connaissent pas le bien exact dans lequel ils investissent de l’argent, et ils n’obtiennent pas la propriété partielle du bien. Au lieu de cela, ils investissent sur la base de la réputation du gestionnaire du fonds ; le gestionnaire a obtenu des rendements importants dans le passé, donc vous investissez de l’argent avec lui en pensant qu’il trouvera des investissements exceptionnels qui rapportent des rendements impressionnants. En d’autres termes, vous devez simplement leur faire confiance.

Un nouveau type de fonds de capital-investissement qui est né de la loi sur les réductions d’impôts et les emplois est le fonds de zone d’opportunité ou Opportunity Funds. La loi spécifie environ 8 700 secteurs de recensement comme étant des zones d’opportunité qualifiées, et les fonds de capital-investissement qui investissent au moins 90 % de leurs actifs dans ces zones peuvent bénéficier d’avantages fiscaux spéciaux.

Les fonds de capital-investissement qui investissent au moins 90 % de leurs actifs dans ces zones peuvent bénéficier d’avantages fiscaux spéciaux.

Comme il s’agit d’un nouveau véhicule d’investissement, les investisseurs doivent être prudents avant d’investir dans les Opportunity Funds et s’assurer qu’ils comprennent les risques exacts et les avantages fiscaux avant d’engager un centime. Par exemple, les investisseurs peuvent examiner l’Opportunity Fund de Fundrise et le comparer aux options de crowdfunding standard du site décrites ci-dessus.

Pros

Les fonds de capital-investissement peuvent dégager des rendements spectaculaires. À l’instar des opérations de syndication immobilière, ces fonds permettent aux investisseurs d’accéder à de grandes opérations immobilières.

Pour les fonds d’opportunité, les investisseurs accrédités qui réalisent un bénéfice sur les plus-values peuvent reporter leurs impôts jusqu’en 2026 s’ils réinvestissent leurs bénéfices dans les 180 jours suivant leur réalisation. S’ils gardent leur argent investi dans une zone d’opportunité pendant au moins cinq ans, leurs gains imposables baissent de 10 % ; s’ils gardent leur argent pendant au moins sept ans, ces gains baissent de 15 %. L’argent laissé investi pendant au moins 10 ans n’est soumis à aucune plus-value.

Cons

Les fonds de capital-investissement peuvent s’avérer très risqués, avec peu de protections en place pour les investisseurs. C’est la raison pour laquelle ils ne sont accessibles qu’aux investisseurs accrédités.

Les investisseurs n’ont pas forcément de détails sur les actifs dans lesquels le fonds finira par investir, et ils ont encore moins de contrôle sur ces investissements une fois qu’ils ont engagé de l’argent.

Dans le cas des fonds d’opportunité, il y a peu d’antécédents que les investisseurs peuvent examiner. Ces fonds sont nouveaux, ce qui signifie que la plupart des gens ne comprennent pas pleinement les règles de l’IRS et les incitations fiscales pour les zones d’opportunité.

Les fonds d’opportunité sont des fonds de placement qui ont été créés pour répondre aux besoins des investisseurs.

Pour qui ils sont

Restez à l’écart de ces options, à moins que vous ne soyez un riche investisseur accrédité à la recherche de rendements élevés. Les fonds d’opportunité sont une nouvelle option intrigante pour réduire la facture fiscale des investisseurs fortunés, mais ils n’ont pas encore fait leurs preuves. Les investisseurs moins fortunés devraient regarder ailleurs.

7. Vente en gros

Aussi appelé flipping de contrats, le commerce de gros implique davantage un investissement en temps, en éducation et en réseautage qu’en argent.

Les grossistes trouvent une excellente affaire sur une propriété et la mettent sous contrat. Ils se retournent ensuite et vendent les droits de ce contrat à un véritable investisseur immobilier.

Cela signifie que les grossistes ne prennent jamais réellement le titre de propriété ; ils facturent simplement une commission d’intermédiaire, ou une marge. Par exemple, s’ils mettent une propriété sous contrat pour 50 000 euros, ils peuvent faire volte-face et vendre le contrat pour 55 000 euros ou 60 000 euros.

Pros

Un avantage énorme est qu’il ne faut presque pas d’argent pour faire de la vente en gros de biens immobiliers. Les grossistes n’ont besoin que de verser un petit dépôt d’arrhes sur la propriété, qu’ils récupèrent ensuite dès qu’ils trouvent un acheteur.

Un autre avantage est que les grossistes n’ont pas à s’inquiéter du financement, de la gestion de la propriété ou de tout autre casse-tête lié à la propriété immobilière directe, car ils ne sont jamais réellement propriétaires d’un bien immobilier.

Enfin, les grossistes gagnent de l’argent sur une rotation rapide. S’ils mettent une propriété sous contrat un mardi matin, ils peuvent très bien avoir un acheteur en place le mardi après-midi et leur jour de paie quelques semaines plus tard lorsque la propriété se règle.

Cons

Lorsque les gens découvrent la vente en gros, on peut presque voir les signes d’euros dans leurs yeux. La réalité, cependant, est que la vente en gros est un travail difficile, et non pas l’argent facile que beaucoup supposent d’abord.

La vente en gros demande du travail.

Il faut du travail pour trouver des affaires suffisamment bonnes pour être vendues en gros à des investisseurs immobiliers professionnels. Il faut ensuite encore plus de travail pour construire une liste d’acheteurs suffisamment longue pour vendre des contrats de manière rapide et fiable.

La vente en gros est une activité qui demande beaucoup de travail.

Il y a aussi le risque très réel que le grossiste ne parvienne pas à sécuriser un acheteur. S’il ne peut pas produire un acheteur pour régler à temps, il peut perdre son acompte.

À qui ça s’adresse

La vente en gros est un excellent moyen pour les investisseurs immobiliers novices d’apprendre à trouver des affaires et de créer un réseau d’autres investisseurs immobiliers locaux. C’est également un moyen viable de gagner de l’argent pour votre premier acompte sur une propriété. Mais ce n’est pas de l’argent facile, et les grossistes en herbe devraient trouver un grossiste expérimenté sous lequel faire leur apprentissage, dans un premier temps.

Pour en savoir plus sur la vente en gros de biens immobiliers, consultez le livre.

Mot final

L’immobilier peut offrir de forts rendements avec une faible volatilité et un faible risque – pour les investisseurs expérimentés.

Si vous souhaitez uniquement diversifier votre portefeuille d’actions, restez-en aux FPI et aux ETF ou fonds communs de placement immobiliers. Comme ils sont cotés en bourse, un investisseur occasionnel peut rapidement comparer les fonds, examiner les performances passées et investir en un clic depuis le confort de son domicile.

Pour les investisseurs qui souhaitent aller plus loin dans l’immobilier, les sites de crowdfunding offrent des rendements élevés et la possibilité de plonger plus profondément dans les investissements immobiliers sous-jacents. Même les investisseurs non accrédités peuvent investir dans certains sites de crowdfunding ; assurez-vous simplement de faire vos devoirs en ce qui concerne les frais et les risques.

Les investisseurs accrédités ont plus d’options disponibles. Si vous voulez courir après des rendements de la taille d’une baleine en tant qu’investisseur plus riche, alors faites des recherches sur les syndications immobilières, les fonds de capital-investissement et les fonds d’opportunité.

Si vous souhaitez poursuivre l’investissement immobilier en tant que carrière ou activité secondaire, et que vous n’avez pas beaucoup d’expérience ou d’argent, la vente en gros sert de point d’entrée possible. Il suffit de ne pas s’attendre à un système d’enrichissement rapide et de se préparer à travailler dur et à une courbe d’apprentissage.

Diversifier dans l’immobilier, d’une manière ou d’une autre, mérite que vous y réfléchissiez. Mais la forme que prend cette diversification devrait dépendre de vos objectifs, de votre patrimoine et de votre niveau d’intérêt.

Quelle forme d’investissement immobilier vous intéresse le plus ?

Articles connexes

Comment déterminer une bonne propriété locative

Kassandra Poissaut

Investir dans l’immobilier sans argent : comment procéder ?

Louise Cousinau

Investissement immobilier au Portugal : les étrangers toujours plus attirés par le pays

Louise Cousinau

Laissez un commentaire